La rue generatrice de liens sociaux generer

Nous pouvons considérer LA RUE comme la première structure urbaine de relation sociale. Comme le germe de n’importe quelle implantation urbaine, grande ou petite. Un espace principalement longitudinal qui se dilate et se contracte, générant des places, des lieux de rencontre, de coins plus intimes, des croisements de chemins. Dans ces espaces se développent la vie urbaine, les relations humaines, et le contact visuels avec l’environnement, la ville et le paysage. La rue est définie par les façades des bâtiments groupés le long de son parcours pour générer des espaces de repos, de vente, d’agitation, des lieux exposés au soleil, d’autres protégés du vent, des lieux où s’émancipe la vie sociale.

Des vues et des rencontres

Les différents niveaux du bâtiment sont composés d’unités d’habitations englobant trois chambres et un sas desservant les salles d’eau. Ces boîtes en bois, disposées sur la dalle avec des mouvements dans la longueur et la largeur, rythment une rue vivante. Cet espace de liaison longitudinal va chercher la lumière et les différents points de vue à travers le vide généré par le décalage et l’écartement des boîtes. Ces espaces de convivialité, cuisines, séjours, salle d’étude, sont communs à tous les étudiants d’un même logement. La modulation du plan permet aux appartements de devenir de vrais lieux de vie communautaire, plus libre et plus souple, où la vie sociale et les relations humaines en sont les protagonistes. La variété et la multiplication des espaces communs favorisent le dialogue et l’échange de tous les habitants et préviennent ainsi l’isolement des étudiants. L’aménagement intérieur de chaque étage, avec la position centrale d’une cage de distribution verticale unique, escalier et ascenseur, permettent une flexibilité quant à la division ou le regroupement des unités d’habitation, pour former des appartements de différentes tailles.

Grands appartements et richesse de la vie communautaire

Les grands appartements communautaires de 22 pièces offrent la possibilité d’aménager des lieux communs différenciés, proposant différentes vues sur le paysage, un ensoleillement de luminosité variables et l’occasion de se réunir dans des espaces plus ou moins calme selon les activités qui s’y déroulent. Nous imaginons au nord un lieu d’étude, comme une bibliothèque, au sud un espace polyvalent, séjour, salle de jeux, plus ouvert et ensoleillé qui se prolonge sur un jardin d’hiver. Des cuisines de tailles et orientations distinctes pouvant accueillir des usages variés selon les heures de la journée. Cette multiplication des espaces communs permet aux étudiants de mieux s’approprier leur logement et contribue à créer de nombreuses occasions de rencontre, mais également de retrait en plus petits groupes. Cette richesse est indissociable de la préservation du noyau intime de la chambre.

Simplicite constructive et spatiale

Le projet se défini par 3 éléments principaux. Les dalles de 36×16.5, comme structure horizontale. Les untités d’habitation, boîtes en bois, forment la structure verticale, et la cage d’escalier en d’ascenseur en béton, structure parasismique, font office de contreventement et de distribution verticale du bâtiment. Pour des questions d’économie et de rationalité, les boîtes porteuses, conçues en ossature et panneau bois avec caissons remplis de paille ou de ouates de cellulose, se superposent parfaitement jusqu’à la dalle sur rez. Un attique en retrait vient couronner le bâtiment, offrant des studios et un espace commun buanderie et salle commune pouvant se déployer sur la toiture végétalisée. La combinaison et la superposition verticale de ces éléments définissent le projet, autant du point de vue de sa composition spatiale intérieure que de sa formalisation extérieure, à travers l’expression de la façade et de des matériaux choisis.

De l’espace public au noyau intime

La combinaison des trois éléments principaux définit un espace fluide, grâce à la disposition libre des boîtes sur la dalle, afin de marquer l’indépendance des unités d’habitation et définir les espaces communs qui éclairent la rue intérieure. Ces lieux de rencontre, certains avec vue sur le Salève et d’autres avec vue sur le Jura, prolongés par des loggias, sont considérés comme l’espace public propre à chaque appartement.  L’accès à la chambre, espace intime de recueillement et d’étude, réservé à chaque étudiant, se fait à travers un filtre, un seuil semi-privé commun à trois chambres. Cet espace de transition muni d’une salle de bain et un wc, garantit la privacité de chaque étudiant vis-à-vis de la communauté, qui peut ainsi aisément de développer dans les espaces publics, sans interférer avec la tranquillité des chambres.

Prolongement de la vie a l’exterieur

Les espaces extérieurs viennent compléter la vie intérieure des appartements. Ceux-ci se définissent entre les unités d’habitation, en prolongement direct des espaces de vie commune : séjours, cuisines, et vont chercher les meilleures orientations solaires, et les plus beaux points de vue sur le paysage. Au sud, les loggias sont combinées avec un jardin d’hivers servant autant de protection contre le bruit que d’apport solaire pour tout le bâtiment. Vue de l’extérieur, les façades du bâtiment, définies par les boîtes en bois entre lesquelles se déploient les activités, sont le miroir de la vie intérieure des appartements. Des lieux pleins d’activités, avec les plantes grimpantes sur les loggias et des stores de protection solaire. L’activité de la coopérative d’étudiants se produira essentiellement dans ces espaces diffus entre intérieur – extérieur, public – privé, soleil – ombre. Des espaces qui amélioreront la vie des étudiants en leur offrant une multitude d’occasions de prendre part aux activités sociales et individuelles :  étudier, se cultiver, dormir, bronzer, se reposer, réfléchir, rencontrer, s’amuser…

credits

architects: 2+2 architecture, Daniela Liengme  |  team: Miguel Cuellas, Ricard Galiana, Yago Oliva, Roman Zitnansky, Daniela Liengme  |  status: Competition (2013)  |  clasification: finalist  |  visualizer: Play-Time architectonic images  |  scale: 2.700 m2 medium  |  types: residence, residential  |  views: 1.613